Sur certaines horloges, le chiffre 4 s’écrit IIII ?

C’est en cherchant l’heure dans une gare, en l’occurrence la gare de Lyon, que j’ai aperçu sur le cadran de l’horloge à la place du fameux 4, un IIII au lieu du traditionnel IV comme le veulent les règles de numérations romaines. Ne sachant pas si c’était un cas particulier ou un cas spécifique, je me suis mis à la recherche d’autres d’horloges autour de la gare. J’ai donc pu apercevoir d’autres horloges du même type. Est-ce un cas particulier des gares ? Pourquoi avons-nous ce type d’horloge ? Quelle est son origine ?

On appelle ce type d’horloge des quatre d’horloger, on les retrouvent plus particulièrement sur les horloges comtoises. En réalité, ce type de format est lié à un sens esthétique des horloges. Une répartition des heures en trois groupes ; le premier de 1h à 4h qui sont représentés uniquement par des I (I, II, III, IIII), le second de 5h à 8h contenant le chiffre V (V, VI, VII, VIII), enfin de 9h à 12h avec le chiffre X (IX, X, XI, XII).

Au niveau de la répartition graphique des chiffres, le 4 « IV » n’équilibre pas avec le 8 « VIII » (IV / VIII). Pour faire simple, la partie gauche du cadran est beaucoup plus chargée que la partie droite : VII, VIII, IX, X, XI, XII contre I, II, III, IV, V, VI (cf image ci-dessous).

Une autre explication serait la dyslexie, les personnes ayant quelques difficultés à lire les symboles peuvent confondre le ‘IV’ (4) avec le ‘VI’ (6). En effet, le ‘IV’ est assez incliné ce qui pourrait porter à confusion.

À l’époque, les Romains, comme les autres peuples, ont très longtemps écrit le chiffre 4 avec les I (IIII). La numération dite “soustractive”, n’est apparue que tardivement.

Article rédigé par : Alex.

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
4 Comments

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*